Le Hat-Trick, le coup du chapeau venu du cricket

Hat-trick ou « coup du chapeau » est un terme bien connu en France comme dans le reste du monde puisqu’il désigne la performance d’un joueur de football marquant trois buts consécutifs dans un match (même si en Angleterre, le côté consécutif n’est pas obligatoire).

Ce qui est moins connu, c’est que ce terme, également utilisé en hockey, en rugby ou encore en F1, n’est pas un terme de football à l’origine mais de cricket.

Qu’est-ce qu’un hat-trick ? Le hat-trick se produit quand le lanceur (bowler) élimine consécutivement trois batteurs. On appelle ça obtenir un guichet ou « wicket », même si le lanceur n’a pas forcément fait tomber les guichets. L’élimination peut donc être aussi un attrapé de volée. Néanmoins, un batteur retiré suite à une course (run out) n’est pas une élimination attribuée au lanceur. La « règle » stipule que les trois éliminations consécutives peuvent être interrompues par les lancers (deliveries) de l’autre lanceur.

En effet, pour les néophytes, il y a en permanence deux lanceurs sur le terrain, de chaque côté du tapis de lancer (pitch), qui font face à deux batteurs. Le lanceur lance six balles avant de passer le relais à l’autre lanceur. Si le lanceur élimine deux batteurs consécutivement puis laisse son partenaire lancer à son tour, puis reprend la main et élimine de suite le lanceur, il s’agit d’un hat-trick. Il en est de même si les trois lancers ont été fait consécutivement mais qu’il y a eu un changement de manche entre temps.

Le hat-trick est un événement assez rare. Il apporte au lanceur le prestige d’un no-hitter au baseball par exemple. C’est une grande performance, surtout dans un sport où les frappes sont nombreuses. En Test Cricket, depuis le premier qui s’est tenu en 1877, seulement 41 hat-tricks ont été comptabilisés. En One Day International, dont le premier s’est tenu en 1971, 36 ont été réalisés.

Le premier hat-trick connu de l’histoire date de 1858 et est l’œuvre de Heathfield Harman « HH » Stephenson, un grand nom du cricket de la Roundarm Era (années 1820-1860), alors joueur du XI anglais. Ce dernier faisait face aux 22 d’Hallam au Hyde Park Ground de Sheffield. Stephenson sort consécutivement trois batteurs adverses. Comme il était de coutume quand un joueur réussissait une belle performance, on organisa une quête et on offrit au lanceur un chapeau. Stephenson n’était certainement pas le premier à réaliser cette performance mais la sienne est la première connue. Son cadeau a donc logiquement nommé cette performance. Le « coup du chapeau » était né.

Le Hat-Trick de JP Duminy
Le Hat-Trick de JP Duminy

Bien entendu, d’autres origines ont été évoquées, notamment une sombre histoire de chapeau levé par l’auteur d’un triplé vers la Reine en finale de FA Cup au 19ème siècle, mais celle de Stephenson est, de loin, la plus documentée et la plus ancienne connue.

Depuis Stephenson, plusieurs lanceurs se sont illustrés dans l’art du hat-trick. L’australien Fred Spofforth, « The Demon Bowler », fut le premier lanceur a réalisé un hat-trick en Test Cricket, lors d’un match entre l’Australie et l’Angleterre en 1879. Jimmy Matthews, australien également, en lança deux durant un même match face à l’Afrique du Sud en 1912. Et il fut le premier mais pas le seul à réaliser cette performance. Nuwan Zoysa, lanceur sri-lankais, est le seul à avoir lancer son hat-trick sur ses trois premières balles en Test Match, face au Zimbabwe en 1999. Chaminda Vaas, autre lanceur sri-lankais, réussit cette même performance en 20 séries lors de la coupe du monde 2003 contre le Blangadesh. Il échoua malheureusement à un double hat-trick, soit quatre guichets, produisant le quatrième guichet à sa cinquième balle.

Chez les femmes aussi, le hat-trick a droit de cité. Le premier réalisé au niveau international fut l’œuvre de l’australienne Betty Wilson contre l’Angleterre en 1958. Deux autres ont été réalisés en Test Match, 7 en ODI et 5 en Twenty20 Internationals. C’est d’ailleurs dans ce format que fut lancé le dernier en date, en janvier 2015, par la lanceuse pakistanaise Sana Mir contre le Sri-Lanka.

Mais la palme du spécialiste incontesté du hat-trick revient sans conteste à un autre lanceur sri-lankais, Lasith Malinga.

Lasith Malinga est heureux. Le Kenyan moins.
Lasith Malinga est heureux. Le Kenyan moins.

Lasith Malinga fut un génial lanceur de l’équipe nationale sri-lankaise jusqu’à sa retraite internationale en 2011, un « fast bowler » avec un lancer unique et un record de vitesse à 155,7 km/h. L’année 2011 le vit réaliser deux hat-tricks, l’un en coupe du monde face au Kenya, le deuxième en ODI face à l’Australie. Mais ce n’était pas ses premiers hat-tricks mais les second et troisième. En effet, Malinga avait déjà lancé un hat-trick en coupe du monde 2007 face à l’Afrique du Sud. Un hat-trick particulier puisqu’il n’obtint pas trois mais quatre guichets consécutifs, une performance unique dans un match international.

Au final, Malinga est le seul lanceur à avoir lancé, au niveau international, trois hat-tricks, et le seul à l’avoir fait deux fois en coupe du monde.

Le hat-trick est donc une performance rare au regard du nombre de matchs joués mais qui a permis de donner au cricket de nombreux faits de gloire, de légende. Mais aussi des moments où on a approché cette perfection quand le lanceur atteint les deux guichets consécutifs. On dit alors qu’il est « on the hat-trick » ou que c’est un « brace ».

L’origine du mot « brace » et de son utilisation dans le cricket est incertaine mais son origine, comme le cricket, pourrait venir de France. Plus précisément, du vieux français où le mot « brace » signifiait bras ou paire de bras et, par extension, un référent pour quelque chose en double comme… deux guichets. Le terme est d’ailleurs repris dans le football pour désigner un doublé.

Pour la petite histoire, le lanceur Steven Finn fut le premier anglais à réaliser un hat-trick en coupe du monde, durant l’édition 2015 aux dépens de l’Australie. Cependant, cette dernière remporta le match par un écart de 111 courses. L’exploit ne permit pas à l’Angleterre de vaincre la malédiction de Nelson.

Maintenant, à chaque fois que vous applaudirez un buteur réalisant un hat-trick, pensez à donner un coup de chapeau au sport qui en fit une institution sportive mondiale, le cricket !

Chapeau, Messieurs Dames !
Chapeau, Messieurs Dames !
Publicités

4 réflexions sur “Le Hat-Trick, le coup du chapeau venu du cricket

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s